Les collectionsLa Foire à PérignyHistoire du cinémaTechniqueL'amateurLa location de filmsLa projection privée et la réglementationLiens
Page courante
Vous êtes ici : accueil > technique > 2/2 : le projecteur


Les techniques du cinéma amateur :
Le projecteur

Dans cette page...

1. Les différentes parties
2. Les bobines
3. L'entraînement du film
4. L'optique
5. La source lumineuse
6. Le son
7. L'alimentation

Si il existe une différence de taille et de complexité technique entre les gros projecteurs des salles de cinéma et le projecteur portable utilisé à la maison, les éléments et le fonctionnement restent les même.

1. Les différentes parties du projecteur

Le projecteur est l'assemblage de trois techniques :  l'optique  (l'image et la lumière),  la mécanique  (reproduction du mouvement) et  le son . Le modèle présenté est un Tri-Film Heurtier 1000 W qui pouvait recevoir trois formats de pellicule (8, 9,5 et 16 mm).

Projecteur Tri-Film Heurtier
Bobine débitrice
Tourelle multi-formats
Lampe
Couloir de défilement
Optique
Lecture optique du son
Bobine réceptrice
Amplificateur
Projecteur Multi-formats

2. Les bobines

Le film est monté sur une bobine débitrice et s'enroule sur une bobine réceptrice après son visionnage. Les bobines traditionnelles, massives, sont remplacées maintenant par des bobines démontables, plus légères et faciles à installer.

Pour monter la bobine sur le bras du projecteur, on enfile l'axe sur la tige ad hoc, puis on rabat une tirette qu'on fait glisser pour maintenir parfaitement la bobine.

Bobines de film
1) bobine classique monobloc. 2) bobine démontable à noyau Kodak
3) blocage de la bobine avec la tirette

3. L'entraînement du film

On a vu dans les pages historiques que le film devait être entraîné par un mouvement saccadé pour une bonne restitution du mouvement. Pour éviter les secousses qui casseraient le film et arracheraient les perforations, les systèmes d'entraînement forment deux boucles, avant et après le couloir qui assure le passage du film devant la source lumineuse. Il s'agit d'un mouvement de bascule : une boucle se forme au sortir de la bobine débitrice ; quand le mécanisme tire sur le film, cette boucle se résorbe et il s'en forme une autre avant la bobine réceptrice, et ainsi de suite...

Sur le Bauer P8 TS Universal, les boucles sont protégées par des pièces de plastique. Mais pour éviter le bruit désagréable de la pellicule claquant sur le plastique, un système ingénieux les écarte tour à tour.

Tri-Film HeurtierBauer P8 TS Universal
Boucle de film sur le projecteur Tri-Film Heurtier
Protection en plastique et couloir sur le projecteur Bauer P8 TS

4. L'optique

La plupart des projecteurs acceptent des objectifs interchangeables.

Lors de la projection, on peut régler la focale pour faire la mise au point sur l'écran. Les objectifs perfectionnés comportent un zoom pour agrandir la taille de l'image projetée. Dans les deux cas le réglage se fait en tournant l'objectif et/ou une bague.

Optiques de projecteur de cinéma : Heurtier, Eiki, Bauer
1) Objectif du Tri-Film Heurtier - 2) Objectif du Eiki EX-3500 A
3) Bloc objectif et couloir de défilement amovible du Bauer P8 TS Universal

Pour modifier la position de l'image sur l'écran, on ne touche pas au bloc optique, mais on change l'inclinaison du projecteur (les pieds sont réglables en général).

5. La source lumineuse

Il existe trois types de lampes pour projecteurs :

► Les lampes à incandescence : ce sont les lampes que l'ont utilise couramment à la maison, seule leur puissance diffère. Des loupiottes de 60 W du Pathé-Baby, on est passé à des ampoules de 1000 W, comme sur le projecteur Tri-Film Heurtier !
Lampe à incandescence et condensateurTransformateurs pour lampe à incandescence
Le projecteur Agfa Movector Super 16 est équipé d'une lampe à incandescence
avec un condensateur pour concentrer le faisceau lumineux.
L'appareil est alimenté à l'aide d'un système de transformateurs intégrés.
► Les lampes halogènes : on est accoutumé à ces petites ampoules très chaudes que l'on trouve surtout dans les lampes de bureau et les lampadaires modernes. Leur lumière est puissante. Elles ont une durée de vie d'environ 30 heures, mais elles "lâchent" d'un seul coup. On peut donc être amené à les remplacer en cours de projection. Seule précaution à prendre : bien les laisser refroidir avant d'y toucher.
► Les lampes au xénon : elles contiennent un gaz comprimé ce qui présente des risques (rares) d'explosion. Elles peuvent fonctionner de 2000 à 3000 heures, mais sont beaucoup plus coûteuses - quoique leur prix de revient soit finalement équivalent. Leur intensité faiblit progressivement, des gouttelettes et des débris noircissant peu à peu le réflecteur et les parois. Mais les projecteurs utilisant ce type de lampe sont équipés d'un compteur. Le projectionniste peut donc contrôler l'usure de la lampe et la changer avant la projection si nécessaire. Pour des raisons de sécurité, l'ampoule au xénon est vendue dans un étui avec deux bouchons. En principe on installe la lampe dans le projecteur avec son étui, on ne le retire qu'ensuite avant d'allumer. De même on replace l'étui autour de l'ampoule refroidie avant de l'ôter. Sur les projecteurs compacts, il n'y a pas la place d'effectuer cette manoeuvre, on doit démonter tout le système pour retirer la lampe. Il faut donc la laisser refroidir parfaitement et opérer avec précautions.
Lampe au xénon avec étuiLampe au xénon montéLampe au xénon usée
Lampe au xénon dans son étui, et montée sur le projecteur
Une lampe au xénon en fin de vie : le verre est noirci de fins débris.
Mode d'emploi Ushio
Comment se débarrasser d'une lampe au xénon ?
 
Précautions à prendre pour la manipulation : porter des lunettes protectrices, des gants de cuir et des manches longues...
La lampe doit rester dans son tube protecteur, les bouchons métalliques bien fermés. Placer le tube dans la pochette de papier fourni à l'achat et bien fixer l'adhésif de fermeture.
Laisser tomber le tout d'une hauteur d'un mètre sur un plancher dur. Puis secouer la pochette pour vérifier que la lampe s'est bien cassée...
On se débarrasse ensuite des débris, en triant si besoin est le métal et le verre.
 
That's All, Folk!

6. Le son

Sur les projecteurs qui utilisent une piste magnétique, la tête de lecture vient s'appliquer sur le film, comme dans un magnétophone classique ou un lecteur de cassettes.

Certains projecteurs dits double-bande portent 4 bobines : ils reçoivent d'un côté un film muet, de l'autre une bande magnétique 16 mm. Une fois le son "calé" sur l'image, la projection synchronisée peut commencer. C'est un système plutôt professionnel, utilisé par la télévision entre autres.

Projecteur double-bande
Système de lecture du son magnétique sur un projecteur double-bande

Dans le cas d'une piste sonore optique, un procédé un peu plus complexe est sollicité : c'est une lampe excitatrice dont le faisceau concentré à travers un canon optique éclaire la piste sonore ; de l'autre côté du film se trouve une cellule de lecture au sélénium. La cellule lit et traduit le signal avant de l'envoyer vers l'amplificateur.

Lecture de la piste sonore
Le système de lecture du son optique sur le projecteur Tri-Film Heurtier

Certains projecteurs sonores ont une prise micro. On peut ainsi accompagner de commentaires la projection d'un film, muet ou sonore (public address). Sur des modèles plus anciens on pouvait brancher un pick-up synchronisé.

Les systèmes d'amplificateurs ont vu leur encombrement diminuer considérablement. On est passé des ampoules aux amplis Hi-Fi à transistors, d'un socle à une simple plaque.

Ampli Heurtier
L'amplificateur du projecteur Tri-Film Heurtier dans sa valise de transport.
En fonctionnement, le projecteur est posé sur l'ampli.

7. L'alimentation

Le projecteur en soi (partie mécanique) se branche sur le courant alternatif. Avant la guerre, à l'époque du Pathé-Baby, quand bien des foyers français n'étaient pas raccordés au réseau, il existait une magnéto pour alimenter l'appareil si nécessaire.

Si les lampes à incandescence ou halogène se contente du courant électrique domestique, les lampes au xénon exigent par contre une source d'énergie spéciale, dite alimentation à découpage. Comme pour les amplis, l'électronique a permis une réduction spectaculaire de la taille de ces matériels. Les anciens modèles à transformateurs pesaient 60 kilos, maintenant ils n'en font plus que 7 !

Alimentation F1-X30
Bloc d'alimentation F1-X30 pour lampe à arc au xénon - modèle électronique

haut de la page


© 2006, Claude-Alice Marillier

Comment se déroule une séance de projection Généralités